Analyse filmique et psychanalyse, une histoire de rencontre


in L'IMAGE DE LA PSYCHANALYSE AU CINÉMA N° 131

Auteur : Dimitri Weyl

Résumé

Depuis le regard psychanalytique l’art cinématographique est appréhendé — la plupart du temps — soit dans une logique de psychanalyse appliquée, soit en termes « isomorphiques ». Cela limite l’apport que la rencontre entre cinéma et psychanalyse peut générer lorsque ces deux champs sont reconnus dans leur puissance et singularité respectives. Cet article se propose d’identifier, synthétiquement, ce qui apparaît essentiel dans une démarche de recherche pour que l’analyse filmique puisse être le plus fructueuse possible. Walter Benjamin avait vu très tôt que psychanalyse et cinéma ont ouvert des champs de regard et d’écoute de ce qui ne pouvait être vu et entendu jusqu’alors. Et que ces champs pouvaient être puissamment complémentaires. Le langage cinématographique — lorsqu’il est reconnu dans sa pleine puissance — permet de cerner des effets de réel tels qu’aucun autre matériel ne le permet. Partant, notre hypothèse sera de considérer que lier harmonieusement le regard cinématographique au regard psychanalytique c’est ouvrir une « double focale ». Deux focales qui lorsqu’elles se rencontrent tendent à lier l’invisible au visible. L’invisible des enjeux inconscients au visible qu’ouvre l’image-mouvement.


Mots-clés : Analyse filmique – Cinéma – Psychanalyse – Image-mouvement.


Summary

The psychoanalytical perspective on cinema most frequently adopts either the logic of applied psychoanalysis or an ‘isomorphic’ stance. This limits the contribution that the encounter between cinema and psychoanalysis might have to offer if both fields were approached from a stance which respects the individual power and respective singularity. This paper presents a synthetic identification of what appears as essential in any research-based approach to this question, with an aim to making film analysis as fruitful as possible. Walter Benjamin was quick to recognise that psychoanalysis and cinema opened up new horizons in both seeing and listening, in ways that could not hitherto be seen or heard. He also realised that these two fields could be powerful in their complementarity. The language of cinema – when its true eloquence is recognised – enables us to depict the effects of the real in ways that no other material can. yet this paper argues that exploring harmonious connections between the gaze of psychoanalysis and that of cinema means that a ‘double focal point’ is created. Two focal points which, when they come together, bind the invisible with the visible - the invisible of unconscious stakes with the visible of the image in motion.


Key-words : Film analysis – Cinema – Psychoanalysis – Image-movement.