L’inconscient s’amuse ; il chante ; il sait


in RELIRE THEODOR REIK  N° 139

Auteur : Ben Rejeb Riadh

Résumé

Ce texte traite de la place de la musique dans notre vie psychique. Theodor Reik est le premier à avoir réfléchi, à partir de son vécu personnel, aux raisons pour lesquelles une mélodie peut nous « hanter » au point de nous « obséder », et le premier à avoir proposé une réflexion sur ce qu’il a appelé « les associations musicales » et la « musique en coulisse ». À la suite de Freud et de Reik, l’auteur livre ici un témoignage autobiographique. Il s’agit d’une expérience personnelle singulière qui lui a permis de confirmer indéniablement d’abord le fait que l’inconscient est un véritable réservoir de savoir. Cela lui a permis d’affirmer ensuite que la musique qu’on fredonne inconsciemment est une production de l’inconscient au même degré que les rêves, les actes manqués, les lapsus, les mots d’esprit, etc. La musique s’impose alors comme étant une des voies royales qui mènent vers l’inconscient.


Mots-clés : Musique – Mélodie obsédante – Associations musicales – Inconscient – Résonnance psychique – Télépathie – Interprétation


Summary

This paper deals with the role of music in our psychical life. Theodor Reik was the first analyst to call upon his own personal experience as a means of exploring the reasons why some melodies ‘haunt’ us, to the point of‘obsessing’ us, and to reflect on what he called ‘musical associations’ and ‘incidental music.’ In the wake of Freud and Reik, the author shares his own autobiographical experience, bearing witness in singular fashion to the undeniable fact that the unconscious is a veritable pool of knowledge. This enables him to assert that the tunes we absent-mindedly hum are produced by the unconscious, in much the same way as dreams, bungled acts, lapsus linguae, jokes etc. Music, then, may also be considered as a royal road to exploring the unconscious.


Key-words : Music – haunting Melody – Musical Associations – unconscious– psychical Resonance– Telepathy – Interpretation