La voix de père en fils. Une lecture reikienne de l’articulation du Surmoi et de la culpabilité


in RELIRE THEODOR REIK  N° 139

Auteur : Jean-Michel Vives

Résumé

Si Freud n’hésite pas à affirmer en 1930 qu’il convient de considérer « le sentiment de culpabilité comme le problème le plus important du développement de la culture », les élaborations théorico-cliniques concernant la prise en charge et le traitement de ce problème n’ont pas toujours été à la hauteur de son importance. Theodor Reik qui, depuis le début et tout au long de son oeuvre , s’est intéressé à la question de la culpabilité dans son articulation à l’instance surmoïque y apporte une réponse tout à fait originale et grosse de possibilités cliniques. Intérêt qui s’impose d’autant plus de manière éclatante qu’elle n’apparaît pas dans un texte clinique mais à l’occasion d’un essai d’anthropologie psychanalytique : Le rituel - psychanalyse des rites religieux où Reik laisse deviner derrière la sonnerie du schofar un « dompte culpabilité ».


Mots-clés : Culpabilité – Reik – Rituel – Schofar – Surmoi – Voix.


Summary

In 1930, Freud made no bones about asserting that ‘the sense of guilt is the fundamental stumbling block to the development of culture.’ yet, theoretical and clinical elaborations concerning how this problem should be dealt with and the treatments to be offered have not always matched the importance accorded to it by Freud. From the very beginning of his work, Theodor Reik showed a keen interest in the question of guilt and its relationship with the superego, providing highly original responses and opening up fertile clinical horizons. his interest is all the more spectacular as it is not expressed in the form of a clinical text, but rather in an essay in the field of psychoanalytical anthropology, entitled ‘Ritual – psychoanalytical Studies’, in which Reik hints at the ‘repressed guilt’ lurking behind the sound of the shofar.


Key-words : Key words : Guilt – Reik – Ritual – Shofar – Superego – Voice.