Quand le psychanalyste est témoin d’un crime


in DONNER LA MORT N° 138

Auteur : Yaelle Sibony-Malpertu

Résumé

En séance, certains crimes sont révélés. Nous soulignons la difficulté que la pensée ne soit pas entravée par la fascination traumatique exercée par le crime et par la figure du criminel. Nous proposons certaines issues pour s’y soustraire, notamment par une certaine approche des thèses d’Hannah Arendt sur la « banalité du mal ». Enfin, nous donnons certaines précisions concernant l’écoute psychanalytique du réel traumatique, par rapport à celle des fantasmes, hors contexte criminel.


Mots-clés : Banalité du mal – Criminalité – Criminel – Fascination traumatique – Identification à l’agresseur – Perpetrator – Trauma psychique.


Summary

Sometimes, in a psychoanalytical session, the committing of a crime is revealed. In order to measure the impact of psychological destructiveness, this paper underlines how difficult it is for thought not to be hindered by the traumatic fascinationexerted by crime and the figure of the criminal. The author sets forward certain solutions in order to avoid this happening, including approaches rooted in Hannah Arendt’s ideas on the ‘banality of evil’. Finally, the paper presents a number of clarifications concerning psychoanalytic listening to the traumatic real, compared with fantasies, outside any criminal context.


Key-words : Banality of Evil – Criminality – Criminal – Perpetrator – Psychic Trauma – Traumatic Fascination.